« Cat Bond » : le Mexique ne sera pas indemnisé

Les phénomènes naturels des secousses sismiques prennent de l’ampleur à telle enseigne que certains organismes ont pensé anticiper le mal en créant des fonds d’assurance permettant de prendre en charge ces catastrophes naturelles et d’indemniser en quelque sorte les États victimes de ces catastrophes.

Définition des Cat Bonds

Étymologiquement, les Cat Bonds d’origine anglaise sont tirés des catastrophes bonds, ce qui signifie en français obligations catastrophes. Les Cat Bonds sont en réalité des polices d’assurance qui sont la mise en place pour protéger les victimes d’ouragan, de séismes de tsunami, de tremblement de terre et autres. Les compagnies d’assurance assurent l’émission et la gestion de ces produits financiers. Ces Cats Bonds permettent la couverture des dégâts causés et des pertes financières survenues lors des catastrophes naturelles comme les éruptions volcaniques, raz de marée, ouragan, etc. Ces types de contrats viennent s’ajouter à la liste des nombreux contrats déjà existants en matière d’assurance et de gestion des sinistres.

 

Victime, mais pas pris en compte

Le Mexique fait partir de la zone atteinte par le récent tremblement de terre, mais malheureusement ce pays ne pourra pas jouir des fruits de l’indemnisation compte tenu de l’échelle de magnitude qui a frappé le pays. L’amplitude du séisme était moindre que la norme requise pour la prise en compte dans le processus. Cela fait peut-être mal, mais c’est la dure réalité. Le Mexique ne touchera pas un franc malgré le fait qu’elle ait été frappée de plein fouet par un séisme le weekend dernier. L’obligation catastrophe mise en place à son profit par la Banque mondiale ne trouvera pas droit de citer. Ce mécanisme mis en place pour quatre États d’Amérique latine n’a pas pu être mis en branle.

L’épicentre est pourtant dans une zone couverte

Les obligations catastrophes font objet d’un contrôle et d’un encadrement très stricts. Il ne suffit pas d’être victime, encore faut-il que toutes les conditions soient satisfaites. Les règles d’indemnisation répondent à des normes bien précises. Comme dans ce cas, bien que l’épicentre se situe dans l’État d’Oaxaca, le Mexique ne pourra pas jouir de la compensation financière puisque le séisme n’a pas été assez violent pour être pris en compte. Il y a donc des normes sismiques qui doivent être respectées pour que les sinistrés soient pris en charge par la Cat Bonds. Oui victime avec un épicentre dans la zone couverte, mais pas indemnisée. Depuis le vendredi passé, le Mexique souffre sa douleur avec ses victimes. Il s’en est fallu de peu. Selon les données sismiques recueillies par les géologues, le séisme était d’une magnitude de 7,2, alors que la magnitude requise était de 7,8 pour pouvoir faire profiter le Mexique de l’indemnité.